Maintenant disponible

(L’auteur, en séance de signature, à la médiathèque Marguerite-Yourcenar)

Le livre d’Eric Bruguière est désormais disponible au coût de 25 €. Bientôt en vente dans les Maisons de la presse de Graulhet, on peut l’obtenir en contactant Monique Fauré de l’Association Mémoire Sociale Graulhétoise au 06 64 81 34 24.

Un livre pour valoriser l’histoire sociale de Graulhet

 

Samedi prochain 10 décembre, à 16 heures, l’historien Eric Bruguière présentera à la médiathèque son livre « 1909-1910, la grande grève des ouvriers moutonniers de Graulhet ». Un éclairage sensible sur le mouvement ouvrier local.

Il ne pouvait y avoir de meilleur lieu pour cette animation : l’ancienne  mégisserie, superbement réhabilitée en médiathèque, est l’écrin idéal pour associer le passé ouvrier de Graulhet et son dynamisme culturel actuel. Samedi prochain, 10 décembre, Eric Bruguière  y commentera ce qui l’a conduit à écrire son livre sur la grande grève de 1909-1910  et comment il y est parvenu.

Il avoue qu’il s’est pris au jeu. « Lorsque Clotilde Bergeret m’a invité, dans le cadre de la commémoration de cette formidable grève, à rédiger un petit résumé historique de celle-ci, le projet était modeste et je ne savais pas trop à quoi je m’engageais. Mais, en travaillant dans les archives syndicales et municipales locales, j’ai eu envie de partager le plus totalement possible les trésors d’informations que j’avais réunies. Pari gagné : c’est ainsi que le livre contient, outre le déroulé chronologique de la grève, la liste nominative des enfants de grévistes envoyés en « exode » pendant la grève dans d’autres cités ouvrières de la région, la liste des ouvrières et ouvriers syndiqués ayant participé à la grève, l’ensemble des cartes postales vendues au profit des grévistes, les textes des chansons qui réchauffaient les cœurs lors des manifestations, le discours intégral de Jean Jaurès, défendant à la chambre des députés les moutonniers graulhétois… Tout est là !

L’histoire partagée

Exhaustif, le livre d’Eric Bruguière n’est pas pour autant rébarbatif : l’auteur a son point de vue d’historien et il le défend avec ardeur. De souche graulhétoise, il avait déjà choisi comme thème de son mémoire d’histoire, lorsqu’il était étudiant, « La vie des ouvriers du cuir à Graulhet de 1914 à 1944 ». Aujourd’hui, il a remonté le temps dans la même direction pour partager une nouvelle page d’histoire. Son livre s’adresse aussi bien aux passionnés d’histoire qu’aux amoureux de la ville ou aux personnes intéressées par les mouvements ouvriers.

Ainsi que le souligne dans la préface Rémy Pech, historien toulousain spécialiste de l’histoire ouvrière de régionale, « tous les citoyens épris de liberté et de dignité humaine puiseront dans cet ouvrage des raisons de vivre et d’espérer ».

Très logiquement, l’association locale « Mémoire Sociale Graulhétoise » a pris en charge l’édition de ce livre et lancé la souscription qui a permis son impression.

Après la présentation de sa recherche, Eric Bruguière dédicacera son ouvrage ; les personnes ayant participé à la souscription pourront ainsi récupérer leurs livres et la mairie offrira de partager un pot citoyen.

Une chaleureuse idée de cadeau pour les fêtes de fin d’années.

Photo : Eric Bruguière présente son ouvrage qui vient d’être imprimé.

Photo MF

Contact presse : Monique Fauré : 06 64 81 34 24

(communiqué de presse : Mémoire Sociale Graulhétoise)

Advertisements

LE DVD EST DISPONIBLE À LA MAISON DE LA PRESSE DE LA PLACE DU MERCADIAL, OU À L’OFFICE DU TOURISME DE GRAULHET, SQUARE MARÉCHAL FOCH. COÛT: 10 €

THE FILM IS AVAILABLE AT THE MAISON DE LA PRESSE, PLACE DU MERCADIAL, OR AT GRAULHET’S TOURIST OFFICE ON SQUARE MARÉCHAL FOCH. COST: 10 €

Le dimanche 23 janvier sera présenté à l’auditorium de Graulhet, à 16h, le film de Jean-Michel Devos « Un Hiver Rouge ». Ce film de 70 minutes associe une chronique de la grande grève ouvrière de 1909-1910 à des reportages sur les animations multiples qui ont marqué sa commémoration, entre décembre et mai 2010. Une passerelle lancée entre le passé mégissier de la ville et la volonté actuelle de la municipalité d’impulser une dynamique autour de la mémoire ouvrière.

(photo: Jean Mazelier)

Le film tourné par Jean-Michel Devos, entre décembre 2009 et Juillet 2010, associe des images de la commémoration et des séquences de réappropriation historique.

Environ 200 personnes, toutes bénévoles, ont participé aux scènes de reconstitution. Manifestations ouvrières, charrettes de peaux attelées arrêtées par les grévistes, préparation de la soupe communiste, assemblées générales des grévistes avec interventions de Jean Jaurès et des leaders syndicaux de l’époque, bal populaire… la grève revit au jour le jour grâce à la caméra sensible du réalisateur.

Pour celui-ci, « ce fut une expérience formidable qui n’a été possible que grâce à la complicité, à la coopération et à la mobilisation de tous, professionnels et amateurs et, en particulier, de l’Association Culturelle du Pays Graulhétois qui a facilité les reconstitutions, grâce aux costumes et aux figurants ».

(photo: Jean Mazelier)

Les scènes de reportage sur la commémoration rendent compte des principales animations qui ont jalonné celle-ci depuis la première soupe communiste organisée en décembre 2009 jusqu’à la fête finale du 1er mai 2010 avec le défilé départemental.

Des scènes de fiction tournées avec deux jeunes femmes constituent le fil rouge de l’histoire ; l’une joue le rôle d’une corroyeuse à l’initiative de la grève, l’autre enquête sur ce qui a permis à la grève de durer si longtemps et ce qui a favorisé l’oubli dans lequel elle avait plongé.

Réalisateur professionnel de films pédagogiques, Jean-Michel Devos a souhaité, dans ce docu fiction, rendre hommage au courage des ouvrières à l’initiative d’une des plus longues grèves de l’histoire de France et à la solidarité qui a régné autour de ces  ouvriers mégissiers.

(photo: Jean Mazelier)

Le film interroge aussi sur le sentiment de défaite attaché à la grève, malgré la victoire objective de ces initiatrices, qui étaient payées à l’époque deux fois moins que les hommes et qui revendiquaient une augmentation de 12,5 %.

Après le film, sera présenté le bonus : « Les Dessous d’un Hiver Rouge », film de témoignages sur l’engagement militant qui a accompagné le tournage du film. Ce film a été réalisé par Monique Fauré, qui a coordonné la commémoration et écrit « Le Journal de Jeanne ».

(photo: Jean Mazelier)

A DECOUVRIR EGALEMENT A L’ODÉON

Au programme également de cette après-midi :

(photo: Jean Mazelier)

–       Exposition de photographies de Pierre Assémat et Jean Mazelier, qui ont suivi pas à pas la commémoration et le tournage d’un Hiver Rouge. Les regards aiguisés des deux artistes photographes offrent aux Graulhétois la possibilité de garder la trace de ces cinq mois d’aventure humaine.

–       En parallèle, l’historien Éric Bruguière, déjà auteur d’une monographie sur les ouvriers du cuir à Graulhet entre 1914 et 1944 présentera son livre « Histoire de la grande grève des ouvriers moutonniers de Graulhet ». La vente par souscription de cette approche rigoureuse de la grève sera lancée à l’occasion de la première du film.

(photo: Jean Mazelier)

–       Egalement, l’ouvrage de recueil de témoignages réalisé par Volubilo «  De la rivière aux rivets, paroles d’ouvriers du cuir » (ouvrage en souscription)

–       Enfin, l’Eveil Artistique qui a participé à cet anniversaire en exécutant un bas-relief relatant à travers des sites emblématiques de Graulhet cette grève, dévoilera la dernière partie de cette oeuvre

Texte: service des communications, mairie de Graulhet.

PHOTOS DE JEAN MAZELIER

On peut se procurer des photos autour d’Un hiver rouge (portraits ou scènes de tournage) auprès du photographe Jean Mazelier ( 09 51 33 47 82/06 33 65 67 72 ou mail: jean.mazelier@free.fr ). A titre indicatif:

photo 13 x 19 cm : 5 euro

photo 20 x 30 cm : 10 euro

photo 30 x 45 cm : 20 euro

photo 50 x 75 cm : 40 euro

***

PHOTOS DE PIERRE ASSÉMAT

Pour les oeuvres de Pierre Assémat “Suivi du tournage du film Un hiver rouge”, prière de le contacter via son site web, en cliquant ici.

À PARAÎTRE

May 6, 2010

Si vous souhaitez être informé de la parution de cette édition, prière de laisser vos coordonnées au Service Culture de la ville de Graulhet au 05 63 42 85 64./If you wish to be informed of the publication date, please contact Graulhet’s Cultural Service at 05 63 42 85 64.

Simple anecdote ? Peut-être. Mais suffisamment exceptionnelle pour mériter mention: au sortir d’un auditorium archi-comble hier, et suite à l’ovation de la salle, une femme me dit: “je n’aurais jamais pensé assister à un spectacle de danse qui me tire l’eau des yeux.” Tout est dit: sans complaisance comme sans pittoresque, le spectacle a su utiliser le langage brut des sons, des gestes et des témoignagnes d’ouvriers de la mégisserie pour composer un hymne à la mémoire et à sa transmission.

Un grand merci à la compagnie, aux enfants et aux habitants de Graulhet qui ont participé au spectacle, ainsi qu’à tous le partenaires de cette expérience hors du commun.

RAPPEL: Pour agrandir, cliquer sur la photo.

“SKINS” BY THE DANCE COMPANY PASSE-VELOURS

A simple anecdote ? Perhaps. But sufficiently exceptional to warrant mention: leaving the packed Auditorium yesterday, and following the ovation to the dancers, a woman said to me: “Never would I have thought a dance program could draw tears to my eyes.”  Her comment says it all: resorting neither to indulgence nor to the pittoresque, the choreography made use of the raw sounds, gestures and comments by tannery workers in order to compose a hymn to memory and to its transmittal.

A huge thank you to the dance company, to the children and to the inhabitants of Graulhet who took part in the show, and to all the partners of this exceptional experience.

REMINDER: For a larger view, click on the photo.

Rappel: il suffit de cliquer sur la photo pour la voir pleine grandeur.

Reminder: Click on the photo for a full-size view.

30 avril: Grèves et réformisme social chez Jean Jaurès – colloque de la Société d’études jaurésiennes et de la Mairie de Graulhet, au Cinéma “Les Temps modernes”, 14 Place Henri Mérou, GRAULHET. Les détails sur le colloque ici.

17h30 – Maison des Métiers du cuir: Inauguration du bas-relief réalisé pour la commémoration par l’Éveil artistique

(Madame Clotilde BERGERET, Madame Geneviève RIBES)

18h30 – Forum / Spectacle musical “Miette et Moineau” par le Collège L. Pasteur

1er mai:

8h45 à 11h: Suite tu colloque “Grèves et réformisme social chez Jean Jaurès. Détails ici.

10h à 11h – Place Jourdain: préparation de banderoles et de panneaux.

11h – Place Jourdain: Départ du défilé du 1er mai.

12h30 – Place Jourdain: repas solidaire accompagné en chansons par Sylviane Blanquard. Le public pourra apporter son repas à partager. Exposition collectif “Rue d’été”.

15h – Auditorium: Lecture par les liseuses de Volubilo de textes évoquant la grève de Graulhet.

16h – Auditorium: “Peaux” par la compagnie Passe Velours, spectacle de danse.

17h30 – Place Jourdain: Clôture. Grand Bal populaire avec les “Bombes 2 Bal”.

ET TOUTE LA JOURNÉE:

Ouverture et visite de la Maison des Métiers du cuir.

Ouverture de l’Office du tourisme: visite de l’exposition de Pierre Assemat “Bâtisses d’eau et de vents” et des photographies des participants au concours “Traces de mémoires ouvrières”.

RENSEIGNEMENTS AU 05 63 42 87 27.

En attendant le film…

March 30, 2010

S’inspirant d’une photo que j’avais prise durant le tournage du film de Jean-Michel Devos, « Un hiver rouge », l’un des participants m’a fait parvenir ce montage, avec l’explication suivante: « Des interprètes de grévistes de l’époque soulevant le voile brumeux de l’oubli, échangeant un regard avec ces lointains aïeux qui furent les vrais acteurs de la Grande Grève »

Il a rajouté ce commentaire: « Cela peut aussi être interprété comme la fin du tournage, avec les interprètes qui referment cette grande page d’Histoire Graulhétoise, mais c’est moins joyeux . Je préfère la première version, et vous ? » Sans contredit, la première version, d’autant plus qu’elle concorde avec l’intention affirmée du réalisateur … et le point de vue de la photographe aussi.   Bien que son auteur ait la face voilée sur la photo (il s’agit du figurant sur la droite du rideau), j’espère qu’il verra d’un bon oeil que je dévoile son identité à tous: il s’agit de Jérome Laquerbe que je remercie de cette ré-interprétation.

Based on a photograph I took during the filming of Jean-Michel Devos « Un Hiver Rouge », one of the participants sent me the above photomontage, with this explanation: « Actors interpreting strikers of a former time, lifting the foggy veil of forgetfulness, in order to exchange a look with their ancestors who were the true actors of the Great Strike. »

He added the following comment: « It could also be interpreted as the end of the filming, with the actors closing the book on this page of Graulhetois history, but it’s not as joyful. I prefer the first version, what about you? »  The first version, definitely, especially since it matches the film director’s stated intention… and the photographer’s point of view, also. Although it’s creator’s face is not apparent on the photograph (he is the one on the right of the curtain), I hope he won’t mind my revealing his identity: his name is Jérome Laquerbe whom I thank for this re-interpretation.

RAPPEL: Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

REMINDER: Click on photo to enlarge.